Les nouveaux métiers du livre autour de l’autoédition

by Marièke

Les nouveaux métiers du livre • Coach littéraire, bêta-lecteurice professionnel, professionnel de la mise en page ou encore coach en communication littéraire. La professionnalisation de l’autoédition a entraîné la naissance de nombreux métiers. État des lieux.

Hello ✨

Lors du live que j’ai eu l’occasion de faire sur mon statut d’autrice hybride, invitée par Nathalie Bagadey (vous pouvez le voir en rediffusion sur YouTube), nous avons eu l’occasion de discuter des nouveaux métiers du livre, nés de l’émergence de l’autoédition. Leur but ? Aider les auteurs à se professionnaliser.

Dans l’article du jour, j’avais envie de faire un tour d’horizon de l’ensemble de ces nouveaux métiers du livre et de l’édition. Si vous êtes vous-même concerné•e et exercez ce métier, n’hésitez pas à me contacter. Je vous expliquerai aussi comment je me place, ainsi que mon blog, par rapport à cette mouvance.

Belle découverte ❤️

???

Les nouveaux métiers du livre autour de l’autoédition : disclaimer

Les intitulés qui suivent n’ont rien d’officiels.

En effet, les nouveaux métiers du livre sont encore en cours de création et sont le plus souvent portés par des indépendants qui choisissent eux-mêmes le titre de leur activité en fonction de ce qui leur paraît le plus compréhensible et le plus cohérent.

C’est pourquoi j’indiquerai en dessous de chacun de ces intitulés à quelles missions cela correspond. Cela vous permettra aussi de savoir vers quel type de pro vous devez vous tourner !

Le métier de coach littéraire

Le premier métier qui me vient en tête quand je pense aux nouveaux métiers du livre est le métier de coach littéraire.

Coach littéraire : les missions

Un.e coach littéraire est une personne qui va vous accompagner au cours de l’écriture de votre texte : elle intervient pendant la phase d’écriture et de réécriture, puis dans la phase de corrections du roman.

Certain·e·s coachs se donnent aussi la mission de vous accompagner vers l’édition ou l’autoédition, en se plaçant comme des agent·e·s littéraires.

Coach littéraire : pour qui ?

Un accompagnement par un·e coach littéraire peut vraiment vous aider si vous rencontrez des difficultés à finir l’écriture de votre roman. Surtout si vous avez des blocages que vous avez l’impression de ne pas être capable de dépasser. Plus encore, cela peut être intéressant si vous recherchez une personne neutre avec qui parler d’écriture et de votre projet.

Coach littéraire : limites

Comme je vous en faisais part en ouverture de cet article, le métier de coach en littéraire en est à ses débuts. Le métier peut ainsi comporter des limites.

Difficile à rentabiliser

D’abord, sur un premier roman, les retours monétaires sont faibles. Ce qui rend la prestation de coach littéraire presque impossible à rentabiliser financièrement parlant. Ceci étant dit, l’écriture n’est pas seulement un objectif financier : le fait de finir un roman vaut, peut-être, pour vous, l’investissement ! (Et c’est l’essentiel !)

Pas de formation, ni d’agrément, ni de label

À l’heure actuelle, tout le monde peut se décréter coach littéraire. Si certain·e·s professionnel·le·s sont passionné·e·s et certainement passionnant·e·s, la pertinence de toutes et tous peut questionner. Le risque de faire appel à une personne peut formée est que vous risquez peut-être d’être mal accompagné·e voire de perdre confiance en vous.

Ce n’est pas le coach littéraire qui écrit, c’est vous !

Attention à ne pas mettre trop d’attentes dans l’appel à un·e coach littéraire. En effet, ce sera à vous que reviendra le rôle de l’écriture de votre roman ! Si vous ne débloquez pas de temps pour écrire et si vous ne vous forcez pas à écrire ces passages qui vous bloquent, votre roman restera au point mort – coach littéraire ou pas coach littéraire. L’écriture reste une activité personnelle et solitaire.

Attention aux couteaux suisses

Cet avis est personnel et pourra parfois être faux, dans certaines situations, j’en conviens volontiers. Ceci étant, je crois que l’on ne peut pas être à la fois coach littéraire, spécialiste de la mise en page, agent·e littéraire et coach en communication pour les autoédités. Bref, un condensé des nouveaux métiers du livre en une seule personne !

Je ne vise personne en particulier, je questionne les couteaux suisses qui interviennent à toutes les étapes du développement d’un roman. Accompagner une personne dans l’écriture nécessite une formation de coach, tandis qu’accompagner un roman dans l’édition nécessite des compétences juridiques et des connaissances approfondies de l’édition. Enfin, mettre en page un roman nécessite de connaître les règles de l’édition et les outils de PAO.

Bref, des compétences assez différentes ! ?

Comment choisir son coach littéraire ?

Ces limites étant posées, il existe des professionnel·le·s coachs littéraires de qualité.

Pour choisir votre coach littéraire, je vous invite à regarder :

  • votre compatibilité, votre feeling : vous devez avoir confiance en la personne qui va vous accompagner !
  • sa formation : il n’est pas forcément nécessaire d’être écrivain·e publié·e pour être coach littéraire (il y a bien des coachs de foot qui n’ont jamais été joueur·se·s à haut niveau !) mais avoir une formation dans l’accompagnement / le coaching et/ou une formation littéraire semblent être des prérequis indispensables ;
  • sa place dans le milieu de l’édition : est-ce une personne engagée, présente sur les salons, connue des différents acteurs et actrices du monde de l’édition ?
  • son prix : ce critère ne définit pas à lui seul la qualité de l’accompagnement dont vous allez bénéficier mais c’est forcément un critère à prendre en compte.

Le métier de la formation en écriture

Le deuxième métier qui me vient en tête est le métier de la formation en écriture !

Formation en écriture : les missions

Le métier de formateur (ou de formatrice) en écriture consiste à créer des formations en écriture. Cela peut être en ligne, en version complètement dématérialisée, ou en direct, via des formations individuelles ou en groupe. Certaines formations en écriture proposent des livres et des guides en complément de leurs cours.

Formation en écriture : pour qui ?

Suivre une formation en écriture peut être intéressant pour vous si vous avez l’impression qu’il vous manque des fondamentaux et que vous avez besoin d’informations complémentaires pour parvenir à écrire votre livre. Cela peut aussi être intéressant, dans le cadre d’une formation collective, si vous souhaitez rencontrer d’autres auteurs et autrices qui rencontrent des difficultés similaires aux vôtres.

Formation en écriture : réflexions et limites

Comme tout nouveau métier ou toute nouvelle activité, le métier de formation en écriture comporte ses limites. Elles sont assez similaires à celles que je présentais précédemment, pour le métier de coach littéraire.

Difficile à rentabiliser sur un premier roman

Comme pour le métier de coach littéraire, vous pourrez difficilement rentabiliser la formation en écriture lors de la parution de votre premier roman. Ceci étant dit, vous n’écrivez pas forcément pour l’argent et vous pouvez décider de mettre de l’argent dans votre passion qu’est l’écriture.

Vous restez moteur du projet !

Que vous ayez pris une formation ou non, ce n’est pas elle qui va écrire votre roman ! Son écriture dépend entièrement de vous et de votre capacité à réserver du temps pour votre texte et à l’écrire ! Une formation en écriture n’a rien de magique 😉

Toutes les formations ne vous conviendront pas

Je le dis souvent ici : il n’y a pas qu’une façon d’écrire ! Il y en a des dizaines ! C’est pourquoi toutes les formations ne vous conviendront pas forcément ! À vous de sélectionner celle qui vous ira !

Et les ateliers d’écriture ?

Ateliers d’écriture et formation en écriture sont, pour moi, deux choses assez différentes.

Les ateliers d’écriture sont plutôt développés pour être intéressants en one-shot – tandis que les formations sont plus intéressantes sur le long terme ! Les ateliers d’écriture permettent en effet de travailler un point en particulier –le style, les descriptions, les personnages, le synopsis…

Comment choisir sa formation en écriture ?

Au moment de choisir sa formation en écriture, plusieurs critères peuvent vous aider à faire votre choix !

  • Votre intérêt pour la personne qui donne la formation : les formateurs et les formatrices sont souvent en avant sur les réseaux sociaux et vous pouvez apprécier leur façon de travailler et d’interagir ?
  • L’intitulé de la formation et son programme : de quoi traite-t-elle, de quoi parle-t-elle ? Est-ce que cela résonne en vous ?
  • Le format : en distanciel ou en présentiel
  • Le financement : certaines formations d’écriture peuvent être financées avec les CPF (les crédits de formation que vous obtenez en travaillant) tandis que d’autres doivent être financés par vos soins. Cela sera forcément déterminant au moment de faire votre choix.
  • Le prix : s’il ne détermine pas la qualité d’une formation, c’est forcément un paramètre que vous devrez prendre en compte !

Le métier de beta-lecteurice pro

Nouveau métier du livre et de l’édition qui est apparu sur la toile (qui dit encore la toile ? ?) ces dernières années : le métier de bêta-lecteurice pro.

Bêta-lecteurice pro : les missions

À l’image de l’activité de bêta-lecteurice, le métier de bêta-lecteurice pro consiste à relire de façon critique un texte donné. La personne peut ensuite l’annoter directement par l’intermédiaire de commentaires ou faire des résumés chapitres par chapitres. Il est aussi possible de travailler avec une fiche de lecture. Bref, chaque professionnel·le a ses propres supports.

Contrairement au métier de correcteurice, le métier de bêta-lecteurice n’implique pas d’apporter soi-même des corrections au texte. En tant que bêta-lecteurice, les points bloquants sont soulignés mais c’est toujours à l’écrivain·e d’apporter ses solutions.

Bêta-lecteurice pro : pour qui ?

Passer par un·e bêta-lecteurice pro est intéressant si vous avez besoin que quelqu’un apporte un regard neuf à votre texte. Quand vous travaillez depuis plus de six mois sur un texte (parfois même depuis plus de six ans !), vous n’en voyez plus, ni les qualités, ni les défauts. Faire appel à quelqu’un devient pertinent pour mettre le doigt sur ce qui gêne !

Bêta-lecteurice pro VS bêta-lecteurice volontaire

De nombreuses personnes sont aujourd’hui volontaires pour être bêtalecteurice de façon bénévoles. Récemment, je cherchais pour mon roman Le Refuge des bêtalecteurices : un appel à ma communauté m’a permis d’avoir plusieurs volontaires.

Alors pourquoi choisir de rémunérer quelqu’un ?

Si vous n’avez personne qui peut vous aider dans votre entourage

Tout le monde n’a pas de communauté ou de proches intéressés par la lecture. Dans ce cas, trouver un·e bêta-lecteurice devient un défi. Rémunérer quelqu’un est une façon plus simple de répondre à ce besoin.

Si vous souhaitez pouvoir être exigeant·e

Il n’est pas toujours possible d’être exigeant·e (sur les délais, les types de retours attendus, la méthodologie…) avec une personne bénévole, qui nous aide. En passant par un·e pro, vous pouvez lui demander de relire plusieurs fois un passage de votre livre, par exemple, sans vous sentir mal à l’aise.

Si vous voulez être assuré·e que les délais et les retours soient pro

Si vous avez un timing serré et que vous envisagiez de sortir votre roman selon un planning strict, faire appel à un·e pro peut être plus rassurant. En effet, iel s’engage à respecter des délais et le type de méthodologie qui vous arrange.

Si vous voulez être sûr·e du tact de la personne face à vous

En tant que pro, la personne sera plus amenée à entourer ses retours d’un minimum de politesse et de courtoisie de façon à ne pas vous blesser. C’est quelque chose qu’un·e bêta-lecteurice volontaire (ou un membre de votre famille…) n’aura peut-être pas l’habitude et le tact de faire.

Au final, travailler avec un·e bêta-lecteurice pro peut être intéressant, notamment si vous voulez bénéficier du professionnalisme de la personne qui relit votre texte. Ce sera forcément plus coûteux que passer par un·e volontaire mais vous pourrez tirer des avantages à cette pratique.

Le métier de la mise en page pro

Autre métier que j’ai vu arriver parmi les nouveaux métiers du livre, encore de façon timide, mais qui commence à se développer : le métier de la mise en page professionnelle d’un roman, ebook et/ou papier.

Mise en page pro : les missions

Le métier de la mise en page professionnelle consiste à transformer un texte brut, enregistré dans un logiciel de traitement de texte, en un texte adapté aux formats ePub, Mobi (Amazon) ou encore PDF (pour impression).

En général, ce corps de métier ne s’occupe pas de la création de la couverture de votre roman, il gère l’intérieur : la numérotation des pages, les sauts de ligne, la typographies, l’intégration des schémas, le cas échéant…

Ce métier combine l’ancien métier d’infographiste et d’éditeur –puisqu’il s’agit aussi de connaître les règles de la mise en page d’un livre papier et numérique.

Mise en page pro : pour qui ?

Ce corps de métier est intéressant si :

  • vous êtes candidat à l’autoédition (sur Amazon ou sur toute autre plateforme) mais vous ne savez pas comment faire la mise en page de votre texte ;
  • vous n’avez pas envie de vous prendre la tête avec ces aspects techniques ?

Mise en page pro : les limites

Comme toute nouvelle activité, ce métier peut comprendre des limites.

1. Ce n’est pas un·e correcteurice

La personne qui réalise la mise en page de votre texte ne va pas s’occuper d’en corriger le fond ou la forme. Elle n’est pas correctrice. Elle va prendre votre texte tel quel et le coller dans un nouveau document avant de le modifier pour qu’il respecte l’ensemble des normes. En d’autres termes, le texte que vous devez lui remettre doit déjà être nickel !

2. Il n’y a pas de diplôme, de formation

Ce métier mêle deux compétences distinctes : la maîtrise des logiciels d’édition et la maîtrise des codes de l’édition, de livres papiers et numériques (ils sont différents : j’ai déjà eu l’occasion de vous faire un article à ce propos !). Or, il n’existe pas de diplôme ou de formation à ce métier : la personne sera autodidacte et ce sera à vous de bien choisir votre prestataire !

Comment choisir son prestataire pour la mise en page pro ?

Justement, comment choisir la personne qui va réaliser votre mise en page professionnelle ? Plusieurs critères entrent en compte et plusieurs solutions existent pour vous y prendre correctement !

  • Le feeling : comme toujours, c’est clairement un point important !
  • Son expérience, les recommandations et les avis qu’elle a sur son site / d’autres auteurs et autrices que vous connaissez : c’est certainement ce qui va vous faire pencher pour une personne ou une autre : la recommandation !
  • Ses formats de prédilection : ebook ou livre papier ? Sur quoi a-t-elle l’habitude de travailler et de quoi avez-vous besoin ?
  • Son tarif : comme d’habitude, ce n’est pas le tarif qui va déterminer la qualité du travail d’une personne. Ceci étant, ce sera forcément déterminant dans votre choix.

Ma position sur les nouveaux métiers du livre

Depuis la création de mon blog, en 2015, je vois fleurir les nouveaux métiers du livre et les nouvelles activités liés à l’accompagnement des auteurs et des autrices autoédité·e·s. J’ai hésité à y participer moi aussi, en composant une formation ou en proposant mes services d’accompagnement mais j’ai décidé de ne pas sauter le pas pour le moment.

Pourquoi je n’ai pas sauté le pas

  • J’adore mon taf actuel et proposer des accompagnements en écriture reviendrait à l’arrêter pour me consacrer à l’accompagnement ;
  • Je ne suis pas sûre d’être légitime en tant qu’accompagnante. Ainsi, je devrais certainement me former pour accompagner des personnes en individuel sur quelque chose d’aussi sensible et intime que l’écriture ;
  • Je ne suis pas complètement sûre du pouvoir de l’accompagnement en matière d’écriture. Si, je comprends que certaines personnes aient besoin d’être aidées et soutenues, je ne suis pas sûre que l’on puisse promettre à quelqu’un que l’on va l’aider à finir son livre. Trop de choses se jouent pendant l’écriture d’un livre et je ne suis pas sûre d’être capable de le gérer.

Ceci étant dit, je ne ferme pas la porte à proposer un jour une formation sur l’écriture dans la lignée des contenus que je propose sur ce blog et sur l’ensemble de mes réseaux. À suivre.

Ce que je propose

Par l’intermédiaire du blog, de la chaine Youtube et de ma newsletter, je continue à vous livrer des contenus et des ressources gratuites et régulières sur l’écriture.

En plus, je propose (ou proposerai prochainement) des :

???

Connaissiez-vous les nouveaux métiers du livre que je vous ai présentés dans cet article ? Avez-vous déjà fait appel à ce type de professionnels ? Qu’avez-vous pensé de leurs prestations ? Pensez-vous que d’autres métiers manquent encore à l’appel et que certains de vos besoins d’autoédités ne sont pas encore couverts ?

Belle fin de semaine,

Marièke

Je m'abonne à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter et recevez des ressources gratuites pour avancer sur vos projets d'écriture. Toutes les informations sur cette page.

Je ne spamme pas ! Consultez mes engagements pour plus d’informations.

À lire sur le même thème

Leave a Comment