C’est l’erreur de com’ classique chez les auteurs et les autrices : la faites-vous ?

by Marièke

Se tromper de cible : c’est l’erreur de com’ classique commise par une majorité d’auteurs et d’autrices au moment de communiquer. Et vous ? La faites-vous

Hello ?

Aujourd’hui, je fais suite à un post sur Instagram qui vous a tout particulièrement interpellé et sur lequel j’avais eu énormément de retours. J’ai nommé : une erreur de communication récurrente chez les auteurs et les autrices. Tellement récurrente qu’une majorité d’entre elleux la commettent dans leur communication – je l’ai faite aussi ! Et vous ?

Dans l’article du jour, je vous la présente le fait de se tromper de cible et je vous donne plusieurs étapes pour changer votre façon de communiquer !

Belle découverte !

✨✨✨

Se tromper de cible : l’erreur de com’ classique des auteurs et des autrices

Se tromper de cible est l’erreur de communication la plus courante chez les auteurs et les autrices. Voyons en quoi cela peut être préjudiciable !

L’erreur : se tromper de cible

L’erreur la plus courante faite par les auteurs et les autrices au moment de communiquer sur leurs textes est de… se tromper de cible. En effet, une majorité d’auteurs et d’autrices communiquent à l’intention des autres auteur-trice-s plutôt qu’à l’intention de leur lectorat.

Pour assurer leur communication, une majorité d’auteurs et d’autrices communiquent ainsi des conseils d’écriture et des conseils d’édition. Or, il s’agit là d’une erreur de cible : leur lectorat potentiel n’est en aucun cas intéressé par recevoir de leur part des conseils sur ces sujets. D’une part parce qu’il n’écrit pas forcément et d’autre part, car il suit un-e auteur-trice non un-e prof en creative writing !

En quoi c’est une erreur ?

Le problème de cette forme de communication est qu’elle va effectivement vous permettre d’être visible et de développer votre communauté mais cette dernière ne va pas se construire sur les bonnes bases. Elle va s’élargir, certes, mais elle va s’élargir auprès de personnes qui ne sont pas intéressées pour lire vos romans.

Pas convaincu-e ?

Lorsque j’ai posté ce post sur Instagram, j’ai eu plusieurs retours pertinents de la part d’auteurs et d’autrices qui n’étaient pas complètement convaincu-e-s par mon analyse. Voilà les freins qu’iels m’ont signalés !

« Ok, mais clairement c’est ce qui amène le plus de visibilité !« 

C’est vrai : communiquer à l’attention des auteurs et des autrices est un bon moyen de faire grossir rapidement sa communauté. La communauté des auteurs et des autrices est importante sur Twitter et sur Instagram et peut contribuer à faire décoller votre compte. Sauf qu’à quoi bon faire grossir sa communauté si elle n’achète pas vos livres ? Mieux vaut une communauté de 150 personnes qui achète 150 livres qu’une communauté de 1150 personnes qui n’achète que 30 livres, non ? En tant qu’auteur / autrice, vous n’êtes pas un média ou un-e influenceur-se, vos revenus ne sont pas déterminés par la taille de votre communauté.

« Les auteurs sont aussi des lecteurs !« 

C’est vrai aussi ! Les auteurs sont aussi des lecteurs. Ce qui signifie que vous les attirerez de la même façon que vous communiquiez pour les auteurs ou pour les lecteurs ! Ce ne sont pas les posts de conseils d’écriture qui vont convaincre les auteur-trice-s qui vous suivent d’acheter vos romans mais un attachement à votre personnalité ou un intérêt pour le genre de livres que vous avez écrire ! En communiquant à l’intention de votre lectorat, vous ne les perdrez pas et vous toucherez plus largement votre lectorat !

Ma propre expérience

Lorsque j’ai ouvert Mécanismes d’Histoires, je ne savais pas réellement ce que je souhaitais faire de ce blog. Un blog sur l’écriture, un blog sur mon activité d’autrice ? J’étais mitigée et avec le temps, le format de mon blog –un blog sur l’écriture à l’intention des auteur-trice-s, débutant-e-s et confirmé-e-s– s’est imposé. Je communique donc essentiellement à l’intention des auteurs et des autrices.

Et bien, si mes guides d’écriture rencontrent toujours du succès et se vendent bien, ce n’est pas le cas de mes romans qui ont plus de mal à trouver leur public. Et ce, pour une raison simple : je communique peu en tant qu’autrice ! J’avais d’ailleurs été surprise lorsque j’étais intervenue pour une masterclass sur invitation de BoD : l’équipe ne savait même pas que j’écrivais moi-même 😉

Bref : communiquer sur les conseils d’écriture permet de rassembler une communauté intéressée par les communications sur les conseils d’écriture mais pas une communauté de lecteurs et de lectrices ! ?

4 étapes pour communiquer différemment

Ok, j’ai passé la première partie de cet article à vous casser le moral. Mais maintenant, on fait quoi ? Comment adapter votre communication pour toucher votre “vraie” cible, votre lectorat idéal ? En tant que fondatrice d’une agence de communication et créatrice de contenus depuis 2015, je vous en parle dans la deuxième partie de cet article !

#1 Essayer de prendre de la distance avec les chiffres

Avant de commencer votre nouvelle communication, il me semble essentiel de vous rappeler que pour opérer ce changement vous devez accepter de perdre des abonné-e-s (pour mieux en regagner !).

Et pour cela, vous devez essayer de prendre de la distance avec les chiffres. Disons-le une fois pour toute : les chiffres ne vous définissent pas, ils ne définissent pas la qualité de votre travail et ils ne définissent pas votre réussite.

Maintenant, il n’y a plus qu’à vous en convaincre ! ?

#2 Apprendre à connaître votre lectorat idéal : qui est-il ?

Pour une bonne communication, tout commence par connaître sa cible. On vient de dire que votre cible n’était pas uniquement composées d’auteur-trice-s et de personnes s’intéressant à l’écriture. Mais de qui se compose-t-elle ? Qui est votre lectorat ?

Je ne peux pas répondre à votre place, mais voici quelques pistes pour apprendre à le connaître.

Si vous avez déjà publié :

  • Questionnez des personnes qui apprécient vos livres et qui ne sont pas de votre famille ! Demandez-leur pourquoi votre livre les a intéressées ? Pourquoi ont-elles choisi de l’acheter ? Qu’est-ce qui les a attirées ? Quels autres livres lisent-elles ? 

L’important n’est pas seulement de savoir pourquoi elles ont apprécié le livre mais surtout pourquoi elles ont fait l’acte d’acheter celui-là et pas un autre !

Si vous n’avez jamais publié :

  • Intéressez-vous aux maisons d’édition qui publient les styles de livre que vous appréciez et écrivez ! Regardez les codes qu’elles utilisent ! Les codes de la communication autour du polar, de la romance ou de la Fantasy sont très spécifiques –c’est moins le cas si vous écrivez de la littérature blanche / contemporaine. Ces éléments devraient vous donner des pistes sur ce qu’aime votre lectorat idéal !
  • Questionnez des personnes qui apprécient ce type de livre ! Ce sera d’autant plus facile si vous êtes vous même consommateur ou consommatrice de ce type de livre !

Au final, essayez de dresser un profil type de votre lectorat idéal. Créez lui sa propre fiche personnage, même, si vous le désirez ! ?

#3 Comprendre ce qui intéresse votre lectorat idéal

Une fois que vous connaissez mieux votre lectorat idéal, encore faut-il comprendre ce qu’il aime !

À nouveau, interroger vos cobayes est une belle idée :

  • quels sont les livres qu’ils apprécient ? Pourquoi ?
  • quels sont leurs personnages favoris ?
  • ont-ils des séries en commun ? Des films favoris ?
  • quels autres codes partagent-ils ? (Passion pour un univers spécifique, …)

Tout cela a un but : fédérer autour de vous et de thématiques en commun !

#4 Adapter sa communication à son lectorat

Dernier step : il est temps d’adapter votre communication à votre lectorat ! Cela va passer par plusieurs aspects et je pourrais y consacrer un nouvel article si le sujet vous intéresse et vous parle !

  1. Les réseaux sociaux choisis : vous ne sélectionnerez pas les mêmes réseaux sociaux si votre lectorat est intéressé par la SF ou la romance, de même que vous n’utiliserez pas les mêmes réseaux sociaux si votre lectorat est plutôt à dominante masculine ou féminine. Les réseaux sociaux les plus actifs au niveau écriture sont Instagram et Twitter, mais TikTok, Youtube et Pinterest occupent aussi une place intéressante ;
  2. Les contenus : de quoi allez vous parler ? Je vous recommande fortement de mixer entre des contenus qui concernent vos livres, vous-même (coulisses d’écriture et petits instants choisis de votre vie privée) et des éléments / codes culturels à même de vous rapprocher de votre lectorat et de créer l’échange entre les membres de votre communauté ;
  3. L’angle : enfin, la façon de traiter tous ces éléments doit être tournée pour votre lectorat. Si vous parlez d’écriture, par exemple, l’idée est de montrer les difficultés que vous rencontrez et les solutions que vous avez mises en place pour aller vers la parution de votre livre… non pour expliquer comment les dépasser en tant qu’auteur ou autrice. Vous vous adressez à votre lectorat, pas aux autres auteurs et autrices ?

✨✨✨

Aviez-vous déjà réfléchi à ce point ? Pensez-vous avoir commis cette erreur de com’ et de ciblage ? Êtes-vous d’accord avec mon analyse et envisagez-vous de changer d’angle de communication ? Ou pensez-vous continuer tel que vous le faîtes actuellement ?

Dites-moi tout en commentaires, je suis curieuse ! ?

Belle fin de semaine,

Marièke

Je m'abonne à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter et recevez des ressources gratuites pour avancer sur vos projets d'écriture. Toutes les informations sur cette page.

Je ne spamme pas ! Consultez mes engagements pour plus d’informations.

À lire sur le même thème

1 comment

Lorenzo Villard 21 mai 2022 - 20 h 09 min

Hey ! Du coup, tu as déjà essayé de réorienter ta communauté d’auteurs vers lecteurs ?
Personnellement, j’ai deux activités (auteur et blogger sur l’écriture) ; l’une me demande une communauté de lecteurs et l’autre d’auteurs. Tu conseillerais de séparer les communications sur deux comptes différents, en essayant d’amener la communauté « auteur » déjà formée vers la communauté « lecteurs » ?

Reply

Leave a Comment